LE CONSEIL

PRÉSENTATION DU CONSEIL PRÉFECTORAL

Le discours prononcé par S.M le Roi Mohammed VI à Oujda le 18 mars 2003 a constitué un signal fort et un acte historique qui traduit la volonté Royale de faire de la Région de l’Oriental un pôle de croissance de premier ordre. Le Discours Royal a donné à la Région de l’Oriental une nouvelle vision de développement et une feuille de route pour le développement des infrastructures et l’amélioration de la qualité de vie et de l’attractivité de la Région. Grâce à l’Initiative Royale pour le développement de l’Oriental, cette Région, qui revêt une importance stratégique, autant par sa position géographique que par son potentiel économique, s’est transformée en un immense chantier à ciel ouvert. En effet, la Région de l’Oriental, qui connaît ces dernières années une dynamique économique sans précédent, attire davantage d’investisseurs étrangers eu égard à ses potentialités dans plusieurs domaines notamment le tourisme, l’industrie, les énergies renouvelables et les nouvelles technologies.

La Région de l’Oriental est depuis, le lancement des grands projets structurants, l’une des Régions qui connaît un taux élevé d’investissements publics. Cet effort d’investissement génère des partenariats publics-privés et constitue un levier pour attirer les PME dans les secteurs du tourisme, des services, de l’offshoring, des produits du terroir, de la formation et des nouvelles technologies… De nouvelles filières émergent ou se renforcent, comme les matériaux de construction, l’agro-industrie, l’élevage et les produits dérivés, l’artisanat, la logistique et le transport, l’énergie et les mines, etc.

Parallèlement, la Région de l’Oriental a conçu un programme de développement qui trouve ses fondements dans les stratégies de développement nationales, notamment, le Plan Azur à l’horizon 2020, le Plan Emergence à l’horizon 2015, relayé par la stratégie des Ecosystèmes performants à l’horizon 2020, le Plan Maroc Vert à l’horizon 2020 et le Plan Rawaj à l’horizon 2020.
Dans l’objectif d’accompagner ces grands projets territoriaux, des efforts louables ont été fournis par les pouvoirs publics pour mettre à niveau et renforcer les infrastructures de base (eau, électricité, assainissement et voirie urbaine) d’une part, et d’autre part, pour améliorer le cadre de vie à travers les multiples projets de renouvellement urbain (projet de renouvellement urbain d’Oujda.
Par ailleurs, la Région propose des structures de facilitation de l’investissement à travers le Centre Régional d’Investissement d’Oujda (CRI-Oujda) qui dispose, notamment, d’une antenne à Nador, L’Agence de l’Oriental, et le Fonds d’Investissement Régional de l’Oriental. Ce dernier, créé dans le cadre de l’Initiative Royale, a pour objectif de soutenir les porteurs de projets d’investissement innovants, dans tous les secteurs, excepté l’immobilier et le commerce.
La Préfecture Oujda Angad illustre à merveille les bienfaits nés de l’Initiative Royale pour le développement de la Région. Le cadre de vie est totalement réinventé, les voies et places publiques réaménagées et un nouvel art de vivre en ville s’est installé. Pour renforcer la ville d’Oujda dans son statut de capitale de la Région de l’Oriental et de métropole maghrébine et euro-méditerranéenne, les pouvoirs publics
ont lancé lors de la dernière décennie un ensemble de projets d’envergure. Ils visent a la fois à structurer, aménager le territoire, et a promouvoir le développement économique et social de la Préfecture en général et de la ville d’Oujda en particulier.

La grande dynamique urbaine et économique que connaît l’Oriental, notamment la ville d’Oujda a imposé la mise en place de projets structurants destinés à accompagner cet essor, promouvoir le développement local et améliorer le cadre de vie de la population et l’attractivité de la capitale de la Région. Ces différents champs d’intervention ont fait l’objet de plusieurs conventions relatives aux programmes intégrés de développement, de mise à niveau urbaine et requalification du monde rural.

Cette dynamique est traduite par les projets réalisés ou en cours qui fleurissent partout. Les programmes de requalification urbaine ont permis d’améliorer le paysage urbain de la ville, de réhabiliter l’ancienne médina, de revaloriser les monuments historiques, de réaménager les grandes places publiques, de renforcer les espaces verts, et d’élargir les principaux axes routiers, de restructurer les quartiers sous-équipés et finalement sécuriser et renforcer le réseau électrique et le réseau d’eau potable et d’assainissement liquide, la protection de l’environnement.
Au niveau culturel et sportif, plusieurs projets ont été réalisés notamment le complexe culturel municipal, le conservatoire de musique et le grand théâtre Mohamed VI aux normes internationales. La restitution et la restauration des monuments culturels de la ville et leur transformation en des musées et salles d’exposition. La construction de plusieurs salles couvertes, du centre régional de formation dans le domaine de football, l’aménagement et la requalification du stade d’honneur et d’un stade pour le rugby. La construction d’une vingtaine de terrains de proximité. Le réaménagement de la piscine municipale et la construction de deux piscines couvertes.
Aussi, pour restructurer la filière commerciale, la ville a connu la réalisation de plusieurs projets concernant le réaménagement de plusieurs marchés urbains, le renouvèlement des équipements du marché de gros pour légumes et fruits, l’aménagement des abattoirs municipaux et la construction d’un marché de gros pour les poissons et l’ouverture de plusieurs projets privés de grande distribution.

S’agissant du volet industriel, la Technopole d’Oujda illustre la volonté des pouvoirs publics d’investir dans la définition et la faisabilité des projets qui concourent au développement régional. Les opportunités d’investissement offertes par cette plateforme industrielle, concernent les secteurs des énergies renouvelables, des industries orientées vers le marché interne, le commerce, la logistique et l’offshoring.
Dans le cadre des efforts visant le développement du tourisme, un secteur nouveau pour la Région, il a été procédé à la réalisation du projet Méditerrania Saïdia, la première station du Plan Azur, et à l’aménagement du site de la lagune de Marchica à Nador, un projet touristique ambitieux et novateur. Outre ces projets d’envergure, les pouvoirs publics oeuvrent également pour le développement d’un tourisme dit « de niche » qui concerne les touristes ayant l’envie de découvrir l’Oriental profond notamment la ville d’Oujda et ses environs.

Les projets portant sur le secteur de l’agriculture et la promotion des conditions socioéconomiques des populations locales tendent particulièrement à la mobilisation des ressources hydriques par la création et l’élargissement des réseaux d’irrigation, ainsi que la diversification et la valorisation des produits agricoles et de terroir. Ces projets visent principalement à améliorer les revenus des agriculteurs, la sensibilisation à la protection et la diversification des ressources hydriques, le renforcement de la production animale et végétale et la création d’emplois.

S’agissant des investissements privés, le CRI de l’Oriental a instruit favorablement durant l’année 2014, à travers la Commission Régionale d’Investissement, 349 projets requérant des investissements dépassant 10,82 milliards de dirhams et créant 2 881 emplois environ. L’analyse territoriale des projets d’investissement dans la Région de l’Oriental en terme d’investissements injectés positionne la Préfecture Oujda Angad en deuxième position (2,40 MMDH) après la province de Berkane en tête de liste, avec 3,20 milliards de dirhams pour la création de 2 550 emplois à terme.

L’année 2015 est marquée par plusieurs autres projets d’envergure, notamment ceux liés au programme intégré de développement du grand Oujda (vision 2020), un chantier ambitieux visant à accompagner le développement économique, urbain et démographique de la Capitale de l’Oriental. Ce programme s’articule autour de cinq principaux axes, à savoir :

  • Le renforcement des réseaux routiers, d’eau potable et d’assainissement liquide,
  • L’intégration et la requalification urbaine
  • La protection de l’environnement et la réhabilitation des espaces verts.
  • Le développement économique.
  • La mise à niveau du monde rural et l’aménagement des zones frontalières.

Grâce à ces projets et bien d’autres en cours de réalisation dans le sillage de la stratégie de développement intégré et durable du Grand Oujda à l’horizon 2020, le chef-lieu de l’Oriental et portail du Grand Maghreb, est en passe de se hisser au rang des grandes cités mondiales.

En se basant sur les données fournies par les différentes administrations, la présente monographie fait l’état des réalisations au niveau de la Préfecture Oujda-Angad, tout en mettent l’accent sur quelques projets phares qui contribuent à l’amélioration de l’attractivité et du rayonnement de la Préfecture.

Cet article est également disponible en : Arabe