L’AGRICULTURE

Caractérisé par un dualisme agricole, le bour et l’irrigué, le secteur agricole à la Préfecture Oujda-Angad n’est rentable que dans les périmètres d’irrigation, estimés à 6840 hectares. La culture des céréales est pratiquée essentiellement dans les terres en bour. L’étroitesse du territoire de la Préfecture et la faiblesse de la pluviométrie ne dépassant pas en moyenne ces 10 dernières campagnes agricoles 300 mm par an, en raison du caractère aride de la Préfecture, ne favorisent pas l’existence d’une agriculture forte et prospère ; car à l’exception des plaines de la basse Moulouya, province de Berkane, l’activité agricole demeure tributaire de la pluie et des eaux souterraines, ce qui se répercute négativement sur la surface cultivée et sur la production d’une année à l’autre.

En plus des contraintes citées ci-haut, le secteur agricole à la Préfecture OujdaAngad, à l’instar des autres provinces de la Région de l’Oriental, souffre d’une multitude d’insuffisances qui entravent son évolution, à savoir :

  • Le morcellement de la propriété agricole l’empêche souvent d’être rentable.

  • L’extension urbaine et la spéculation sur les terres au détriment de la propriété agricole.

  • L’absence des technologies modernes et l’utilisation des méthodes traditionnelles par les petits agriculteurs entraînent des rendements faibles.

  • Multiplicité des structures foncières : à côté des terres immatriculées, on trouve  les terres Melk, les terres collectives, domaniales <, ce qui entrave l’investissement agricole en raison de l’absence du financement bancaire et des garanties hypothécaires.

  • L’érosion des sols et la désertification entrainent un rétrécissement des terres cultivables et une détérioration des pâturages.

Données générales

Productions végétales

Productions animales

Principaux axes de développement du secteur de l’agriculture

La stratégie de développement de l’agriculture dans la Préfecture Oujda Angad, s’inscrit dans la stratégie globale de développement national de l’agriculture « Maroc Vert », et se décline sous les axes suivants :

  • Développement de l’arboriculture.
  • Intensification de la céréaliculture et cultures maraichères.
  • Intensification de l’élevage bovin.
  • Valorisation de l’eau d’irrigation.
  • Amélioration de la structure du sol.

Projets de développement en cours de réalisation

Les projets en cours de réalisation à la Préfecture Oujda-Angad, susceptibles d’avoir des répercussions positives sur le secteur agricole dans la Préfecture OujdaAngad se résument aux projets ci-après :

1. Projet d’épandage des eaux de crue d’Oued Isly

Ce projet vise la construction d’un canal bétonné et en maçonnerie sur 14 Km pour la déviation des eaux de crue d’Oued Isly pour l’épandage des eaux sur les terrains se trouvant du coté droit du canal. Les travaux sont en cours d’achèvement et le taux d’avancement est de 80% environ.

2. Projet de développement de l’amandier dans la Préfecture –Oujda Angad

Ce projet est financé dans le cadre de la coopération maroco-belge pour la plantation d’amandier sur 6000 ha et la création de quatre unités de valorisation de l’amandier. La Préfecture d’Oujda Angad a bénéficié d’une superficie globale de plantation de de 1400 ha de 2011 à 2014 sur une superficie globale de 1750 ha, répartis selon le tableau ci-après :


L’AGRICULTURE

Cet article est également disponible en : Arabe