DECOUPAGE ADMINISTRATIF

La Préfecture d’Oujda-Angad s’étend sur 1714 km2. , soit 1,93 % du territoire de la région de l’Oriental.

La ville d’Oujda revêt une importance stratégique, autant par sa position géographique que pour son potentiel économique ; elle constitue l’interface incontournable pour conforter le Maroc dans sa position géostratégique de carrefour entre l’Europe, le Grand Maghreb et le monde méditerranéen.

De par son Histoire séculaire, son poids démographique considérable, son appareil administratif important et son activité économique et culturelle dynamique, Oujda métropole de la Région de l’Oriental, s’érige en centre de commandement et exerce ses fonctions organisationnelles sur tout le territoire de la Région.
Par rapport aux grandes métropoles du Royaume, la ville d’Oujda, capitale de la Région de l’Oriental, se situe a : 130 Km de Nador, 320 km de Fès, 520 km de Rabat, 640 km de Casablanca et 534 km de Tanger par voie côtière et 717 km par voie continentale.

Organisation du territoire et découpage administratif

Selon la liste des cercles, caïdats, communes urbaines et rurales, tel que prévu par le décret n°2-08-520 du 28 octobre 2008 (B.O. n°5684 du 20 novembre 2008), modifié et complété par le décret n°2-10-574 du 11 avril 2011 (B.O. n°5940 du 5 mai 2011), la Préfecture d’Oujda-Angad est composée de 11 communes dont 3 municipalités, 3 pachaliks, 8 communes rurales rattachées à 5 caïdats, eux-mêmes rattachés à 2 cercles, disposées selon le tableau ci-après :

Découpage administratif
Découpage administratif

Le pachalik d’Oujda est divisé en quatre districts urbains (Oued Nachef Sidi Maafa, Sidi Ziane, Sidi Driss Al Qadi et Sidi Yahaya) et 18 annexes administratives.

Une fonction pour chaque province

Le découpage administratif visait la diminution de la discrimination régionale et la création d’un équilibre régional en répartissant équitablement les investissements, les projets de développements et les ressources humaines et matérielles.

Cependant bien que ce découpage a provoqué un certain déséquilibre au niveau de la région orientale et que certaines provinces y ont bénéficié au détriment d’autres, on essaie de revoir la fonction essentielle de chacune des provinces de la région en se basant sur ses spécificités historiques, géographiques, naturelles et humaines.

Ainsi, on lutte à ce que Oujda devienne la « Strasbourg du Maghreb Arabe », les provinces de Nador et Driouch forment une porte ouverte sur l’Europe, la province de Berkane l’un des plus importants pôles agricoles et touristiques, la province de Taourirt important centre pastoral agricole et industriel, la province de Figuig une zone touristique industrielle et agricole et la province de Jerada un centre d’élevage de cheptel, ainsi qu’une région industrielle.

Aussi, il est primordial d’assurer à la région orientale les moyens nécessaires pour une exploitation rationnelle des potentialités locales et faire face aux contraintes.

Cet article est également disponible en : Arabe